Cathédrale de Strasbourg©AAA-Birgé
©AAA-Birgé

Percer les secrets de la Cathédrale de Strasbourg

Depuis plus de mille ans, la Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg règne sur la ville telle une mère sur ses enfants. Grande dame de grès rose, sa grandeur impose et ses détails impressionnent, tels de la dentelle taillée dans la pierre. Poussez ses portes et découvrez-la à travers son histoire, ses légendes mystérieuses, ses secrets bien gardés et ses trésors insoupçonnés.

(1)

Admirer le ballet d’automates de l’horloge astronomique 

Chef-d’œuvre de la Renaissance, l’horloge astronomique fascine par sa beauté, sa taille grandiose et ses prouesses techniques. Mais saviez-vous que chaque jour, à 12h30 précise, elle révèle un fascinant spectacle d’automates ? Après la sonnerie d’un ange, les automates commencent leur bal : le vieillard, la mort, les apôtres, le christ et le coq majestueux. Dans le silence, la cathédrale laisse alors place à ce spectacle insolite pendant 3 minutes, vous laissant bouche bée et admiratif. 

Horloge astronomique©Philippe de Rexel

Sentir la monture du diable vous effleurer 

Rendez-vous sur le parvis de la Cathédrale où le vent y souffle sans discontinuer, laissant place à quelques frissons sur votre peau. Alors que scientifiquement, le vent à tendance à s’enrouler autour des bâtiments de grande hauteur, la légende raconte qu’il s’agirait en fait de la monture du diable. Ce dernier serait entré dans la Cathédrale pour y trouver des représentations à son égard et serait resté enfermé dans le lieu saint. Depuis, sa monture court toujours autour de la Cathédrale en attendant son maître, désespérément. 

Place de la Cathédrale - Strasbourg©Max Coquard - Best Jobers

Trouver la mascotte de la cathédrale 

Construite au XVème siècle pour Jean Geiler, grand prédicateur et écrivain religieux, admirez la magnifique chaire en dentelle de pierre. À sa base, amusez-vous à trouver le petit chien qui se repose et dont la tête et les pattes avant dépassent. Selon les récits, il s’agirait du chien de Jean Geiler, qui attendait gentiment son maître lorsque ce dernier montait à la tribune pour ses sermons. On raconte qu’une caresse sur sa tête porterait bonheur, mais la sculpture est aujourd’hui abîmée par le temps. 

Être au rendez-vous pour le phénomène du rayon vert

Signe divin ou simple hasard, vous pouvez admirer deux fois par an, un événement étonnant voire inhabituel. Par temps ensoleillé les jours d’équinoxe, un rayon de soleil file à travers un vitrail vert et vient parer le visage du Christ situé sur la chaire de prédication d’une aura à la couleur verte. Pour observer ce phénomène, soyez bien à l’heure. Rendez-vous précisément à 11h38 lors de l’équinoxe de printemps et à 12h24 lors de l’équinoxe d’automne. 

Rayon vert Cathédrale Strasbourg©Philippe de Rexel

Chercher du regard l’homme au balcon

Rejoignez le Pilier des Anges, représentant le jugement dernier et laissez-vous épater par la minutie et la hauteur de cette œuvre aux 12 sculptures. Peut-être avez-vous remarqué l’homme accoudé à la tribune des chantres, contemplant le pilier ? Plusieurs légendes existent autour de cette sculpture. La plus connue daterait de la construction du pilier, cet homme doutait de sa solidité sous le poids de la voûte. Le sculpteur et maître d’œuvre, Erwin de Steinbach, en eut assez et s’amusa à le sculpter et le fixer à la balustrade, pour lui laisser l’éternité à attendre la chute du pilier.

S’émerveiller devant le vitrail des cent visages 

Eveillez votre curiosité jusque dans les chapelles latérales de la cathédrale, à la découverte de trésors cachés. Parmi eux, le vitrail des cent visages. Situé dans la chapelle Sainte-Catherine, il se tient sur deux verrières verticales, sur près de 9m de haut. Représentant un Christ, dans des couleurs vives et éclatantes, prenez le temps de le contempler dans ses moindres détails. Vous y apercevrez dans le visage, une composition étonnante de 150 photographies d’hommes et de femmes anonymes. Retrouvez d’autres éléments photographiques, représentant des paysages, des plantes et des fleurs, à divers endroits de ce vitrail contemporain, fruit du travail de Véronique Ellena, artiste plasticienne et Pierre-Alain Parot, maître-verrier. 

Vitrail des cent visages - Cathédrale de Strasbourg©Veronique Ellena - Ministère de la Culture
Vous avez aimé ?

Laissez-nous votre note, votre recommandation est précieuse.

Merci d'avoir voté !

(1)
Partager

Partagez vos plus belles expériences en Alsace avec #visitalsace

Calculer votre itinéraire